C’est en 1955, alors âgé de plus d’une vingtaine d’année que Michel Monin initia une activité artisanale dans le domaine du bois. Relativement variés, ses premiers métiers allaient du débardage en forêt à la construction de charpente et la menuiserie en passant par la scierie.
Après avoir occupé plusieurs sites sur la commune de Feissons sur Isère, c’est au début des années 1960, rive gauche de l’Isère, que M. Monin installa un atelier de sciage qui deviendra le site actuel de l’entreprise.

Répondant à la demande croissante en bois d’emballage des grosses industries de la vallée, au fils des ans, l’activité se tourne de plus en plus vers ce domaine, délaissant les activités forestières, de sciage et de charpente. Ainsi au début des années 1980, l’entreprise fabrique principalement caisses et palettes en bois et emploie une dizaine de salariés.

La forte demande en emballage des décennies suivantes imposa à l’entreprise de se spécialiser encore plus en caisserie, fabrication de palettes et services aux industries. Elle s’équipa de différentes lignes spécialisées permettant la coupe en longueur, l’encochage, le clouage ou encore le séchage de bois et devint SARL en 1995. Un petit pôle de menuiserie subsistait cependant, répondant à différentes demandes et fabriquant régulièrement des tables-bancs en mélèze pour les collectivités voisines.

Dans les années 2000, pour être moins dépendante de l’activité industrielle de Tarentaise, la société Michel Monin relança différentes activités de menuiserie. Si la caisserie restait prédominante, le savoir-faire et l’outillage existant permirent notamment de concevoir et de fabriquer une petite gamme de meubles d’extérieurs. De par son implantation au cœur des Alpes et de par la sensibilité de ses dirigeants, au cours de ces années, naissaient les prémices de ce qui deviendra l’identité du mobilier d’extérieur Monin : des meubles en mélèze aux sections généreuses, conçus pour durer sans traitement.

La crise économique de 2008 et un marché de l’emballage en baisse précipitèrent une diversification devenue indispensable. En 2010, afin d’apporter une vision nouvelle à l’entreprise, un nouveau directeur est nommé avec pour objectif renforcer, développer les pistes d’évolution amorcées et créer de nouvelles activités.

Deux ans plus tard, un nouvel atelier de menuiserie équipé de machines récentes et modernes est mis en service au sein des locaux de l’entreprise. L’offre de mobilier d’extérieur est élargie à 3 gammes complètes et de nouveaux produits ainsi que des réalisations sur mesure sont constamment imaginés par le bureau d’étude. L’entreprise lie également des partenariats avec différentes marques et sociétés pour la fabrication de leurs produits.

En 2015, devenue SAS, l’entreprise Michel Monin voit son activité menuiserie atteindre 45% de son chiffre d’affaire et compenser ainsi la baisse de son activité historique.
Après 60 ans d’existence, l’entreprise envisage l’avenir avec sa troisième génération. Une salle d’exposition est construite pour présenter les nouveaux produits et de nombreuses actions sont en cours ou envisagées pour améliorer l’outil de production, compléter l’offre de la société et ainsi satisfaire toujours plus ses clients.